Loin de moi l'idée de transformer Alt+F4 en Cosmo bis, rassurez-vous ! Tâchez donc de prendre cet article au second degré, puisqu'il aura été écrit dans la perspective de la parodie.

01001001 . 01101100 . 01101111 . 01110110 . 01100101 . 01111001 . 01101111 . 01110101*

Alors ça y est, vous voilà enfin casé avec quelqu'un de bien, l'élu de votre petit cœur, celui qui aura su vous charmer en déployant des trésors d'ingéniosité — très sûrement piqués dans le dernier GQ Magazine, mais passons, cela prouve au moins qu'il n'est pas analphabète ! Les yeux humides et les mains moites, il a su vous faire fondre dans sa parfaite imitation d'un labrador et maintenant que les serments argentés ont été prononcés sous la lune face au rayon vert**, vous n'avez d'autre choix que de répondre par un oui ému d'émotion — à moins que ce ne soit l'arrière-goût bizarre dans votre verre de cocktail qui en soit la cause…

Mais plusieurs mois après cette soirée idyllique, l'heure est au bilan. Cela fait donc plus d'une semaine que Chouchou partage votre vie, et il faut bien l'avouer, pas mal de choses ont changé depuis le premier sourire bovin échangé au dessus de la pizza 4 Fromages de chez Pipo.

Cupidon a le seum

Pour commencer, comme vous et votre compagnon étiez tous les deux des geeks normalement constitués, vous n'avez pas pu vous empêcher de parler jeux-vidéos : « Tu joues à ça ? Mais moi aussi, c'est trop ouf !! » . Et voilà. Le mal était fait. Parce que le sentiment amoureux vous faisant paraître tous les écueils aussi insignifiants que le premier niveau dans Mario 64, vous n'avez pas anticipé le fait que comme 99 % de la population geek, chacun de vous aviez un ego plutôt — très beaucoup — développé en matière de ratio. Du coup, si Madame se trouve plus douée que Monsieur à Tekken ou à Halo, c'est la crise. Bon, bien sûr, il y a les couples-miracles qui se lancent des fleurs à longueur de partie — les plus insupportables, sans nul doute — mais ils sont plutôt rares.

Oui bon, parfois ça donne ça : on s'aime, mais notre histoire ne donne rien de logique.

Non, la majeure partie du temps, ça dégénère en « Mais c'pas possible, tu cheat ! TU CHEAT ! » parce que l'un des deux aura à supporter un ego caché au fond de sa niche. Le pire étant que cela reste valable pour tous les jeux, je dis bien TOUS les jeux. Les Sims ? « Mais pourquoi tu as aménagé la maison comme ça ? C'est plutôt… intéressant, mais pas très esthétique, mon roudoudou ! » Animal Crossing ? « Là, un cadeau dans le ciel ! Attrape-le, je suis occupé avec un gros poisson déjà… Mais attrape-le te dis-je ! Et voilà, tu l'as raté ! BIEN JOUÉ ! » Non, si vous voulez un conseil pour sauver votre couple, ne jouez plus qu'à Dear Esther, d'où le challenge est absent. Sinon, préparez-vous à essuyer bouderies et noms d'oiseaux tendrement murmurés.

Bonjour, je suis fétichiste des jaquettes en plastique et toi ?

Pour peu que votre histoire ne soit pas un coup d'un soir (et encore…), vous avez forcément mis les pieds chez votre moitié, et inversement. L'occasion de se rendre compte que le fétichisme et la maniaquerie chez les gamers sont plus répandus que chez les autres catégories de population. Si vous avez de la chance, le syndrome reste dans des proportions acceptables : vous n'avez pas de CD qui traînent par terre et les jeux sur le PC sont relativement rangés correctement — pas de raccourci dans les images ni de launcher perdu au fin fond d'une arborescence suspecte. Mais si vous en avez moins, Mamour se transformera en Hulk peu compatissant dès lors que l'un de vos doigts impudents aura osé entrer en contact direct avec SES boîtes de jeu, SES disques ou SES goodies : nope, ces peluches-là ne servent pas de distributeurs de câlins, innocente enfant. À ce stade-là, il ne vous reste plus qu'à considérer le bureau comme un sanctuaire ou à obliger Chaton à perdre ce debuff Charisme très handicapant grâce à une thérapie. Parce que bon, vous voulez bien faire des efforts et accepter de traiter son matériel comme s'il avait une âme, mais faudrait aussi que Chéri arrête de baver comme un ours berserk atteint de la rage à chaque accident, ça finit par ne plus se détacher du tapis.

Une histoire de géométrie variable appliquée

Non content d'être ingérable dès que c'est les soldes Steam/l'heure d'un « event putain d'awesome que j'ai mis quatre heures à préparer mon build »/la date de sortie d'un jeu attendu depuis trois siècle avant Jésus Christ, qui font exploser les records nationaux de prise de RTT, le geek possède la faculté de géométrie variable. Ce trait caractéristique des passionnés en tout genre, donc partagé avec les fans de foot et les hommes politiques, a pu être mesuré scientifiquement depuis peu. Il inclut notamment le rapport au temps : sans importance en pleine partie, puisque lorsqu'un geek vous dit qu'il arrête dans une heure, comptez au moins le double voire le triple, il devient soudainement une variable essentielle en tournoi, durant le décompte avant la vente officielle de DAT GAME, ou encore quand il s'agit du nombre restant de jours avant la paie, qui signifie un solde positif, qui signifie « INSTABUY HAHAHAHAHA » (sic).

Ce dernier point est cependant moindre depuis qu'on sait aussi que tout un chacun est atteint de ce même problème, désormais traité très sérieusement par le ministère de la Santé sous l’appellation « mauvaise foi ».

Où en êtes-vous avec Chouchou ? Faites le test !

Rapide, fiable et totalement universel, le Love-o-mètre Alt+F4 vous promet un résultat bluffant.


1. Lorsque vous vous levez le matin à ses côtés, votre réaction première est…

  1. « Ooooh qu'il est chou avec sa mimine de pangolin anesthésié… »
  2. « Omagad mais… Qui est ce type !? »
  3. « Pff, je me réveille seule, il est encore parti jouer à CoD le mufle… »

Et maintenant, le moment que vous attendiez tous ! Les résultats !

Une majorité de a : Pas de doute, vous êtes amoureuse et lui pas encore atteint de ce qu'on appelle « la nuit blanche du geek » — mais si ça devait arriver un jour, ne vous inquiétez pas, ce n'est pas une maladie honteuse — félicitations !

Une majorité de b : Loin de moi l'idée de sous-entendre que vous avez fini la soirée avec un Sam totalement inconnu au bataillon, et qui apparemment dort encore, mais s'il s'avérait qu'il s'agit d'un sociopathe, appliquez la règle pas encore déposée sous brevet Lao Tseu : « Courage, fuyons ! »

Une majorité de c : Euh… Sérieusement… Call Of Duty !? Fuyez aussi ! Vite ! VITE!§§

Trop d'absurde peut tuer l'absurde (mais on n'en est pas encore tout à fait sûr, le MIT bosse dessus, z'inquiétez pas)

Avec votre nouveau statut — liké 8 fois sur un site très connu dont on ne donnera pas le nom mais il se murmure qu'il a été créé par un daltonien mégalo — vient pas mal de petites situations du quotidien plutôt délicates, pour peu que le quiproquo ait décidé de prendre part aux réjouissances. Citons par exemple :
Le cas au-début-mignon-qui-finit-par-horripiler : tout se passe bien dans le meilleur des mondes, vous passez des soirées géniales à jouer jusqu'aux aurores sur « MMORPG alias Deuxième maison » avec Doudou, dézinguant joyeusement tout ce qui passe à votre portée quand, un jour, vous avez l’irrépressible envie de lui narrer un épisode absolument epic dans votre vie de gamer. Plein d'enthousiasme, vous ne voyez pas le fail vous arriver en pleine face : « Mais… Je sais tout ça, j'étais là ce soir-là… » Oh. Je vois. Tu. Étais là. Bon ben fais comme si j'avais rien diiiiit…

N'oubliez pas de ramasser votre enthousiasme qui traîne sur le tapis en sortant.

Bon et sinon plus sérieusement…

Bien évidemment que sortir avec un(e) geek(ette) n'est en rien une abomination, comme pourrait le laisser croire le message de fond de cet article. Au contraire, c'est souvent une chance de pouvoir partager au quotidien avec son copain/sa copine sur des sujets qui nous tiennent à cœur. C'est aussi déjà pas mal de sujets de discorde évités, puisque vous n'aurez plus à vous expliquer sur les « Paypal en la faveur de Tee Fury » qui apparaissent sur vos relevés de banque, ni à convaincre Monsieur ou Madame de regarder l'EVO avec vous.

*TMTCEYY clin d’œil clin d’œil*

Après tout, il y a bien des sites de rencontre pour les chasseurs, pour les végétariens, pour les infidèles, pour les porteurs du VIH, pour les fans de Star Wars, pour les fermiers, pour les parents célibataires, pour les cavaliers inconditionnels, pour les musulmans, pour les gens beaux, pour les gens snobs et même pour les fans de couches pour bébé. Alors pourquoi serait-ce étonnant que la communauté geek se prenne aussi son lot de marketing en pleine face ? Une fois que vous aurez trouvé l'âme sœur sur GeekMeMore, vous n'aurez plus qu'à l'épouser avec une bague de la Triforce et à redécorer la chambre d'amis avec des stickers muraux géants représentant des niveaux dans Mario 64 lorsque Player 3 pointera le bout de son nez.

Mais un dernier conseil : si vous voulez éviter de finir avec une fin à la Mass Effect 3, les jolies couleurs pimpantes en moins, la déception en plus, n'oubliez pas de ne rien laisser au hasard pour que votre vie ait un codage qui vous ressemble. Parce-que, hé, les DLC, ça n'existe pas dans l'IRL. True story.


* I LOVE YOU en binaire. Si c'est pas de la poésie à l'état pur…

** Si vous avez saisi la référence, chapeau.