Salut bande de résidus d’enfants de péripatéticiennes neurasthéniques mal-avortées ! Si commencer un article en insultant son public vous rappelle un certain Antoine Daniel, c’est normal. L’article qui suit a un rapport étroit avec ce dernier et, promis, ça ne sera (peut-être) pas sale. Ses vidéos #29 et #30 sont proches respectivement de 3 millions et 1 million de visionnages et on y fait la connaissance de quatre mecs nus, la tête recouverte d’une cagoule rose, occupés à faire l’amour à des murs, une voiture et des orties.

S’agit-il d’un rite religieux ? Pourquoi ont-ils cherché à avoir des rapports sexuels avec une voiture ? Qui vit dans cette résidence et à qui appartient la voiture ? L’amour pour les parpaings est-elle une nouvelle forme de paraphilie ? Pourquoi Antoine Daniel a-t-il eu une érection ? Si le commun des mortels s’est satisfait de « l’explication claire et précise », votre serviteur a préféré enquêter sur cette sombre affaire et vous apporter des réponses sur un plateau, au détriment de sa santé mentale.

Petit, petit ours brun. C’est un petit galopin.

À la découverte d’explications plus claires

Dans l’épisode n°29 de What the Cut, mis en ligne le 24/10/2013, Antoine Daniel présente en fin de son émission la vidéo Premier Psaume. Il s’agit de quatre types nus, la tête recouverte de cagoules roses, atteints d’une paraphilie inquiétante. Ils se sont filmés en train de copuler avec les murs d’une résidence, les éléments d’un jardin (arbre, buisson, caddie), avec une voiture (une magnifique Kangoo bleue immatriculée du 76) puis avec une chambre (au lit, au mur, au sol, à la fenêtre). La vidéo sur YouTube

Dans le n°30, mis en ligne le 15/01/2014, il présente la « réponse » de ces mêmes gars. On les retrouve habillés toujours de leurs cagoules roses mais aussi de couches-culottes. Ils sont dans une pièce sombre, le mur derrière eux est recouvert de photos d’Antoine Daniel. Le plus à gauche tient dans ses bras un canard décoratif (dont la tête est recouverte d’une cagoule rose), celui à côté tient une masse, le troisième est dos à la caméra en train de faire l’amour au mur (tiens donc ?) et le dernier, tout à droite, est assis sur des parpaings.

La vidéo est-elle un avertissement ? Antoine Daniel a-t-il courroucé les membres d’un nouveau culte ? Craint-il pour sa vie et celles de ses proches ? La vidéo, encore sur YouTube

Votre youtubeur favori finira-t-il dans un sac poubelle ? La réponse dans cet article.

Quand on clique sur le lien de Premier Psaume dans la section « À propos de », on découvre avec déception que la vidéo a été supprimée. Voyez vous-même

Mais une recherche sur Google permet de découvrir la vidéo en son entier, remise en ligne par une âme charitable. Et là, surprise, la vidéo se termine par un « SOON » en énormes lettres roses avec le son d'une cloche. Est-ce un avertissement ? Le « SOON » est-il un message pour avertir que d'autres habitations subiront le même sort ? De nouvelles questions mais toujours pas de réponse.

L'entrée de la résidence ainsi souillée est ornée des lettres grecques ΝΡΨ, à lire Nu Rhô Psi — soit neuropsy, comme neuropsychologie ou neuropsychiatrie. Officiellement, ΝΡΨ étant aussi l'emblème de la « National Honor Society in Neuroscience », une fondation de scientifiques en neurosciences. Les caddies remplis de bières vides à l’entrée, ainsi qu’une discipline médicale comme emblème, laissent à penser à une résidence étudiante. La vidéo est-elle celle d’une provocation ? Une nouvelle forme de bizutage ? On a bien eu la mode de la bifle, à un moment… On écarte donc l’hypothèse d’un rituel religieux pour quelque chose en rapport avec les joies du milieu étudiant…

Mais c'est en regardant la liste de vidéos proposées durant le visionnage de Premier Psaume qu'on aperçoit un début d'explication. Des mecs en cagoules roses → Parodie du Klu Klux Klan → Cabinet Clan : Bingo ! L'association d'idées se fait vite, à moins qu'on ait simplement cliqué sur la photo parce qu'il y avait une jeune femme au décolleté fort intéressant : auquel cas, bingo quand même ! Allez, cliquez !

Et là, tout finit par s'expliquer enfin. On découvre la bande de quatre joyeux psychopathes (le Cabinet Clan) répondant à deux reprises en chanson à leurs rivaux (le Neyru Crew). Ce sont donc quatre morceaux dans lesquels les deux camps règlent leurs comptes à grands coups de propositions câlines envers les génitrices, de souhaits de se voir les uns les autres amenés à de hautes températures, ainsi que d'invitations cordiales à la sodomie et à la dégustation d'excréments. On comprend donc qu'il s'agit d'une querelle entre deux groupes de rap rivaux. Il reste, à ce stade, encore quelques points à éclaircir, comme savoir si la vidéo des encagoulés du Clan est la cause, le point culminant ou bien la conséquence de cette rivalité.

On doit même au Neyru Crew — qui sont, pour le coup, beaux joueurs — la création d'une liste de lecture dans laquelle les quatre vidéos sont mises dans l'ordre : cela facilite grandement le travail de compréhension.

Deux manières différentes mais efficaces d'aboutir au même résultat.

Les forces en présence : les brutes, les tarés, les truands et le big boss

De gauche à droite : MC Neyru, Lil'ZOZ, MC Roux et Dirty Ed.

Les brutes, le Neyru Crew

Composé de MC Neyru, Lil'ZOZ, MC Roux et Dirty Ed, fondé en 2012 et originaire de la région d'Arles, ils sont produits par BOQ Records, dont le boss se fait appeler Doc BOQ. Les membres du Neyru Crew ont récemment (en 2012, quand même) signé un contrat pour Doc BOQ et sont passés depuis cette date professionnels.

En matière de personnalité, les gens du Neyru Crew ont l'air sûrs d'eux et ouverts. L'interview avec eux s'est déroulée par Skype, avec son et visionnage réciproque. Comme il a été promis qu'il n'y aurait aucun enregistrement audio ou vidéo de cet échange, seuls les textes sont restés. Les membres du Neyru Crew sont peu enclins à parler de leurs rivaux. Assez impulsifs, les membres du Neyru Crew s'expriment volontiers avec le langage des rues. Sachez qu'il y a même eu des improvisations de couplets rappés pendant l'interview et il faut bien admettre qu'ils sont très bons dans ce qu'ils font. Au-delà de leurs qualités techniques, leur travail ne plaira pas forcément à tout le monde. L'ensemble reste trop ancré dans le délire « gangsta-rap », le manque de second degré se fait lourdement sentir et le côté macho de certains membres pourrait faire baisser leur cote de sympathie auprès des dames. Je ne fais que citer le « Respect women, but fuck bitches » qui s'avère être la position officielle du Neyru Crew vis-à-vis des femmes, propos que je ne cautionne pas.

Tous les membres du Neyru Crew sont de purs produits de la culture hip-hop, avec toutes les qualités et tous les défauts que ça implique. Leurs influences musicales sont toujours issues des plus grosses productions du rap, qu'il soit américain ou français. On retrouve parmi celles-ci de très grands noms comme IAM, Eminem, Tupac mais aussi Booba (sic). Les deux morceaux les opposant au Cabinet Clan forment un ensemble efficace mais convenu. Certains le qualifieront de « cliché » mais ce serait un jugement de valeur. Au niveau des vidéos, on les retrouve dans des plans avec des véhicules (à l'intérieur comme à l'extérieur), des plans où ils sont en train de faire la fête accompagnés de jusqu'à une trentaine de figurants, des plans dans une baignoire en train de se faire savonner par d'accortes jeunes femmes. Le second clip a été entièrement tourné en panoramique, pour faire comme au cinéma. Hormis les quelques scènes d'opération et de charcutage d'êtres humains en début du premier clip, ça manque quand même d'originalité. Tous les défauts ? Non, pas tous quand même… Je n'ai pas entendu le moindre « Nique la Police » durant l'interview.

Musicalement, le Neyru Crew excelle dans son point fort : débiter ses paroles à des vitesses presque insensées. Le meilleur à ce petit jeu reste, à mon sens, MC Roux, qui est peut-être le seul individu qui pourrait rendre votre liste de courses enfin écoutable. On pourra reprocher au Neyru Crew les défauts inhérents au genre, à savoir chaque MC qui s'annonce en début ou en fin de couplet en scandant son nom, fond sonore un peu lourd tournant en boucle et les paroles tournant souvent autour d'invitations à la sodomie ou à recevoir des coups de batte. Le plus original du Neyru Crew s'avère être (encore) MC Roux, dont le sujet de prédilection reste son caca et qui il envisage de conchier, accessoirement. Les couplets de Dirty Ed qui nous vient de Brooklyn, tout en anglais, ajoutent une pointe d'exotisme à leur travail. La principale faiblesse du Neyru Crew, à mon sens, est d'avoir mis trop en avant chaque MC. Sur leurs deux morceaux, on a plus l'impression d'avoir quatre bonnes prestations juxtaposées les unes à-côté des autres, reliées par un refrain, plutôt qu'un long morceau à part entière. Ah oui, ça et l'auto-tune. Je n'ai jamais pu blairer l'auto-tune

Le Cabinet Clan, avec Svendsen (le canard) sur la gauche.

Les tarés, le Cabinet Clan

Plus mystérieux que leurs rivaux, les quatre membres du Cabinet Clan ne mettent pas en avant leur identité. Pour eux, l'entité du Cabinet Clan est la seule entité à mettre en avant : ils restent très évasifs, sinon méfiants, quand on en vient à poser des questions sur eux. Le Cabinet Clan a été fondé en 2012 et est probablement issu de la même ville — au moins de la même région — que leurs rivaux, puisque les altercations entre les deux camps ont été autant verbales que physiques. Les membres du Cabinet Clan ont participé un temps à des soirées clash organisées par Doc BOQ mais ils se sont éloignés désormais des « battles » et travaillent en toute indépendance.

En ce qui concerne les échanges avec le Cabinet Clan, ceux-ci se sont déroulés sur Facebook. Si l'échange ne fut que textuel, les membres du Cabinet peuvent se montrer chaleureux, voire taquins, en m'ayant proposé de participer à diverses sauteries ou soumis un dessin. Aptes à l'auto-dérision, on ne sait jamais si le Cabinet est sérieux dans ce qu'il dit ou si c'est pour forcer le trait. On ne saura donc pas si le trip sexuel ou le côté sectaire du Cabinet est bien réel ou si c'est pour amuser la galerie. Le Cabinet Clan place volontiers quelques piques à leurs rivaux, étant allés jusqu'à me demander d'aller poser à leurs ennemis certaines questions embarrassantes. Plus posés, voire plus feutrés, que leurs rivaux, le Cabinet s'exprime dans un registre commun, voire soutenu. Plus enclins à la mixité que leurs rivaux — les femmes participent aux chœurs — le travail du Cabinet est aussi plus accessible qu'aux seuls fans de gangsta-rap, à condition d'aimer les truc classifiés « WTF ». Leur second degré aide aussi à mieux faire passer la pilule auprès des allergiques au rap.

Plutôt que de renchérir dans le style gangsta-rap, le Cabinet s'attaque à ses rivaux en offrant des vidéos au contenu plus décalé. Certains plans se passent dans une ambiance d'hôpital psychiatrique, d'autres dans une cave où se jouent des scènes SM. La liste serait trop longue si je voulais décrire chacun d'entre eux. D'autres détournent des plans réalisés par leurs rivaux : le plus marquant étant la scène du bain où, plutôt que d'être savonné avec un produit classique, le membre en question est frotté avec des organes ou boyaux et l'eau s'avère être rouge sang. Ambiance sectaire, exécution autour d'un feu, cagoules roses, discours d'un gourou appelé le « Docteur Gay »… Visuellement, les deux vidéos s'avèrent être malsaines et très travaillées. Il y a eu une vidéo « d'agression verbale » vis-à-vis de Neyru, de piètre qualité, mais celle-ci a été supprimée.

Aussi bien dans ses musiques que ses vidéos, le Cabinet Clan ne s'inspire pas des noms les plus connus mais leurs références sont loin d'être inintéressantes. On y retrouve Svinkels, Puppatmastaz mais surtout Stupéflip [*_* !] ! Le seul grand nom américain cité par le Cabinet est Eminem et ils vont puiser leurs inspirations aussi bien dans les musiques de Beethoven que dans l'ambiance de Cannibal Corpse. Le mélange de toutes ces influences donne un résultat plus barré, plus subversif. Les fonds sonores de leurs morceaux sont plus aboutis : riffs de guitare électrique pour le premier et accords de violoncelle pour le second. Leurs musiques sont plus chantées que rappées, ils n'hésitent pas à chanter deux par deux, en chœur et à alterner les uns avec les autres. Le Cabinet Clan évite donc les écueils du rap et offre quelque chose de rafraichissant, voire d'unique.

Lil' N' Young, ou l'inverse… Je ne sais plus…

Les truands, Lil' N' Young

Difficile de parler de la confrontation entre le Neyru Crew et le Cabinet Clan sans au moins évoquer Lil' N' Young. Connus aussi sous les noms de Orange C+ et Mr. Frangipane, ce duo de musiciens a pour particularité d'être très éclectiques. Capables de passer d'un genre de musique à l'autre sans fausse note, Lil' N' Young peuvent jouer de la gratte électrique (F.U.C.K. Cabinet) comme faire du « gros son » (T.KILLA) et de l'auto-tune (hélas…).

Intelligents, talentueux, ayant poussé loin leurs études — l'un d'entre eux est passionné de maths et serait ingénieur-son — ils sont aussi du genre opportuniste. Accusés de « faux-coup » ou de « coup de pute » par les deux camps précédents, ils ont fait les beat des trois premiers morceaux : F.U.C.K. Cabinet, Don't Fuck Cabinet et T.KILLA. Il y a fort à parier qu'ils auraient promis aux uns comme aux autres l'exclusivité de leur travail, ce qui n'a pas manqué de créer quelques frictions. Ils se sont définitivement détournés du Cabinet à partir de leur morceau T.KILLA, en ne se contentant plus de faire les beats mais en participant aussi aux refrains. Et en crachant à la gueule, par caméra interposée — courageux mais pas téméraires — de leurs anciens alliés.

Vision d'artiste de Doc BOQ en train de surveiller les plans de son grand ennemi, le Docteur Gay.

Le big boss, Doc BOQ

On ne sait pas grand chose — et on n'en saura pas beaucoup — sur le patron de BOQ Records, qui se fait appeler Doc BOQ. Ce dernier, contrairement à ses poulains, préfère rester dans l'ombre. Il n'apparaît qu'en filigrane à travers les entretiens obtenus auprès du Neyru Crew. On sait simplement qu'il organise des soirées clash plutôt confidentielles dont il décide le lieu et l'heure. On sait qu'il fait signer des gros contrats, on sait qu'il bosse sur des « gros projets », on sait qu'il y aurait dû avoir le Cabinet Clan et le Neyru Crew s'affrontant sur le même album… On lui doit peut-être la venue de Dirty Ed en France. Mais pour le reste, il se met en retrait et demande à ses poulains de bien surveiller leurs langues à son sujet.

On sait aussi qu'il entretiendrait des rapports avec une fraternité nommée ΝΡΨ, un sujet tabou dont il ne faut pas parler…


Ce qui rend la confrontation entre le Neyru Crew et le Cabinet Clan si intéressante et probablement moins monotone que le conflit israëlo-palestinien, c'est qu'au-delà du conflit de personnes entre deux groupes rivaux, ce sont bien deux visions du rap qui s'affrontent. Tout, absolument tout, oppose ces deux groupes. Le premier, très sûr de ce qu'il fait et ne s'écartant en rien des balises déjà posées. Le second, bien plus artistique et cherchant à s'extirper des codes imposés. Idem pour les personnalités : on a un egotrip très prononcé chez le Neyru Crew face à des membres s'effaçant complètement au profit du Cabinet Clan. Pareil pour les instruments utilisés : gros beat et auto-tune contre instruments et voix non transformées. C'en est presque une chance, voire une bénédiction, que des groupes si différents aient été amenés à s'affronter par morceaux interposés tant le contraste entre eux est élevé.

Bon après, pour les altercations physiques, c'est une autre histoire. Alt+F4 ne cautionne en rien les actes violents entre membres et fans chaque groupe et c'est dommage que les deux groupes se soient abaissés au niveau Booba vs. La Fouine.

D'ailleurs, j'en profite pour renvoyer les protagonistes dos à dos : balancer de l'huile bouillante sur quelqu'un, c'est à peu près aussi intelligent et responsable que de jouer aux auto-tamponneuses avec de vraies voitures. Quant aux jeunes fans des deux groupes qui voudraient se sentir pousser des couilles en voulant prendre parti pour les uns ou pour les autres, je leur dirai simplement de rentrer chez eux et d'aller se mêler de leurs culs : vous me remercierez dans dix ans quand votre recherche de boulot ne sera pas plombée par un casier judiciaire.

Déroulé des évènements

Récit des évènements basé principalement sur les interviews des groupes

En 2012, dans la région d’Arles, les membres du Neyru Crew et du Cabinet Clan se connaissent depuis quelques longues années. Ils ont eu l'habitude de se confronter et se mesurer lors des soirées clash organisées par Doc BOQ, remportées régulièrement par le Neyru Crew. Clashs dont les fonds sonores sont préparés avec soin par Lil’N’Young, duo au talent aussi élevé que la fourberie. Aidés par leur technique au micro et par leur rendu gangsta-rap, qui permet autant l’adhésion de l’organisateur que de la foule, ils marquent sans doute beaucoup de points face à leurs rivaux, moins formatés donc moins compris et plus artistes.

Si leurs relations à l’époque du collège étaient au moins cordiales, sinon amicales, un fond de tensions est apparu. L’amitié d’antan s’est transformée au fil du temps en une rivalité. Le plus gros incident est probablement une « histoire des mamans », dont on ne saura pas plus. Les uns en tirent une certaine fierté et invitent à en parler. Les autres, quand on l’évoque, proposent d’aller faire des fellations à des ruminants de l’Himalaya.

Bien qu'il y ait un fond de tensions, un partenariat est envisagé par Doc BOQ entre les trois protagonistes. On sent déjà le contenu de la collaboration. Le Neyru Crew assure en technique pure, Lil’N’Young peut passer d’un registre musical à l’autre sans se planter et le Cabinet Clan ajoute une touche d’originalité bienvenue. Il est nécessaire de mettre quelques freaks dans l’album : ça permet d’éviter de paraître ringard en proposant un énième gangsta-rap. Indispensable à une époque où le genre est à bout de souffle voire mourant, se répète en boucle depuis déjà trois décennies et n'a plus rien à proposer d'autre que des clips avec des grosses bagnoles et des gonzesses en bikini. Le projet aurait pu aboutir tel quel mais une grosse connerie du Clan en décidera autrement.

C'est après une soirée bien arrosée, que le Cabinet Clan, dont les membres devaient être complètement bourrés, franchit la ligne rouge. Ils mettent en ligne une vidéo d'agression verbale à l'encontre de MC Neyru. Vidéo postée à une date inconnue qu'il est impossible de visionner aujourd'hui. Elle contiendrait les membres du Cabinet ronds comme des pelles en train d'essayer de rapper quelques couplets d'insultes. La vidéo, selon MC Neyru, en plus d'être atteinte du syndrome de la vidéo verticale, serait de piètre qualité. Textes qui apparaîtraient dans les reflets des verres de lunettes, son pas forcément très audible, auteurs rappant avec au moins deux grammes d'alcool dans le sang, celle-ci cumule les tares.

Alors qu'elle était insignifiante, le Neyru Crew décide d'y répondre. Ils postent F.U.C.K. Cabinet, le premier clash du Neyru Crew, le 27/10/2012. Ne cherchez pas une signification cachée derrière ce qui paraît être un sigle : ce n'est que la volonté du Neyru Crew d'insister sur chacune des lettres du mot « fuck ». L'introduction, volontairement mal tournée et hésitante, fait référence à la médiocrité de vidéo à laquelle elle répond. C'est après ces trente secondes d'intro que le Neyru Crew se lâche et donne le meilleur de lui-même. Aussi bien en moyens matériels que humains : MC Neyru qui se fait conduire sur un quad, Lil ZOZ dans la baignoire se faisant savonner par deux jeunes femmes, Dirty Ed qui marche dans la rue avec sa batte et MC Roux, occupé à déféquer. Le nombre de figurants oscille entre la douzaine et la vingtaine selon les plans. Le beat, de la grosse boîte à rythme (un peu ?) répétitive a été réalisé par Lil' N' Young. Chaque intervenant pose ses couplets et on passe de l'un à l'autre avec le refrain « Mort au Cabinet ». Une petite étincelle d'originalité apparaît dans la scène de l'opération à vif… Hormis ça, ça reste peu innovant mais efficace.

Un mois plus tard, le Cabinet Clan répond avec Premier Psaume. Il ne s'agit pas encore d'une vidéo rappée mais d'une grosse blague potache. Profitant d'un moment ou d'une journée d'absence pour s'introduire dans « la Clinique », ils violent le seuil de la résidence, les éléments du jardin, la voiture et la chambre de Neyru. Elle a été supprimée une fois, et remise en ligne telle quelle par une autre personne (près de 17 000 vues). Fiers de leur exploit, le Cabinet Clan revendiquera plus tard ce haut-fait. Quant au Neyru Crew, ils nient la réalité de la vidéo, accusant leurs ennemis d'avoir tourné ça sur fond vert, comme ils l'ont fait pour la chambre d'Antoine Daniel. Mais bon, faudrait pas prendre les gens pour des cons : le caddie qui bouge sous les coups de reins frénétiques de l'un des membres ou la voiture qui remue pendant qu'elle subit le « gang-bang », ça ne s'invente pas. La vidéo est bien réelle. Elle se termine d'ailleurs par un « SOON » qui semble annoncer la vidéo suivante.

Vidéo suivante postée le 11 janvier 2013, elle a été sobrement intitulée Don't Fuck Cabinet. Le titre, peu inspiré, est trompeur quant au contenu de la vidéo. Comme une vidéo de réplique qui se respecte, elle commence en reprenant en écho le refrain de F.U.C.K. Cabinet. Elle contient aussi un message sur répondeur, dans lequel le Neyru Crew et le Cabinet Clan se seraient donnés rendez-vous pour « s'expliquer » (on en reparlera juste après, promis). Sur fond de riffs de guitares électriques (réalisé par Lil' N 'Young), la musique s'avère être beaucoup moins structurée que celle de leurs rivaux. Moins structurée, pas moins bien construite pour autant : les membres du Cabinet se répondent les uns aux autres, chantent ensemble et séparément, etc. On est loin, très loin du classique « couplet+refrain ». Quant aux refrains, des voix féminines s'ajoutent aux chœurs. Quant au mec déguisé en Napoléon Bonaparte, son style — très proche de celui de King Ju — fera plus que plaisir aux fans de Stupéflip. L'ambiance du clip est sordide et glauque. On va des sévices SM à la cérémonie religieuse, en traversant l'hôpital. Certains passages de leurs rivaux sont même détournés (la scène du bain). Le clip se termine par un discours du Docteur Gay. On sort du clip le cerveau retourné, la bave aux lèvres… Époustouflés, on en redemande.

Reste la question du rendez-vous à minuit et des autres altercations physiques entre les deux groupes. L'incident remonte à longtemps et il a été impossible d'avoir auprès des membres une date précise. Ce fut donc un rendez-vous posé par les membres du Neyru Crew à ceux du Cabinet Clan. La raison officielle fut de « s'expliquer », un doux euphémisme pour dire « se foutre sur la gueule », quant à la vidéo Premier Psaume — l'importance qu'accorde le Neyru Crew à celle-ci, à mon sens, est une preuve supplémentaire de sa réalité — « l'histoire des mamans » et d'autres choses encore. On peut imaginer les esprits déjà échauffés du Neyru Crew face aux provocations du Cabinet Clan, un mélange explosif, pour ceux au fond qui n'auraient pas suivi. Les membres du Cabinet, probablement en infériorité numérique, sont contraints de s'enfuir. Les uns parlent de « baltringues qui s'enfuient », les autres disent que ça « aurait pu plus mal finir »… Pour ma part, je parlerais simplement « d'instinct de conservation » : les rivaux d'antan sont désormais devenus de véritables ennemis.

Le rendez-vous à minuit ne sera pas le seul pic de violence. Toujours à une date non-précisée, il y a aussi « l'incident de McDonald ». Ce qui commence par un geste stupide de la part d'un membre du Cabinet — jeter des hamburgers au visage de Neyru ou jeter son hamburger, j'ai pas très bien compris… mais on s'accordera à dire que l'un comme l'autre, c'est complètement con — continue en baston rangée. Elle se termine par l'intervention d'un Dirty Ed, rempli de discernement, qui balance de l'huile bouillante sur les membres du Cabinet. Dirty Ed, on excusera son français approximatif, n'a probablement pas compris que « jeter de l'huile sur le feu » n'était pas une expression à prendre au pied de la lettre. Non, en fait mec, t'es juste un psychopathe… L'un d'entre eux finira brûlé au torse et à l'hôpital. Dans le désordre, il y eut aussi une histoire dans laquelle le Neyru Crew a chopé un collégien fan du Cabinet à cinq contre un pour le « faire parler » : c'est sûr que vu le danger que représente un gamin, y'avait nécessité d'être au moins cinq. On peut ajouter la fois durant laquelle le Cabinet Clan a tenté délibérément de rentrer dans le véhicule appartenant à un membre du Neyru Crew, pour faire « comme les auto-tamponneuses ». Après tout, ce serait dommage d'instruire cet article à la seule charge du Neyru Crew. Voilà, c'en est fini des anecdotes à la con. Depuis, les deux groupes préfèrent s'éviter. Sans blague les gens… C'est l'huile bouillante et le presque-accident de bagnole qu'a remis de l'ordre dans vos crânes ?!

Le 24 octobre 2013, c'est la révélation. Plutôt confidentielle à ses débuts, elle comptabilise « seulement » plus d'une dizaine de milliers de vues. Sa popularité explose quand elle est présentée par Antoine Daniel dans l'épisode n°29 de WTC. L'épisode comptabilise plus de 3 millions de vues le quatre février 2014. Mais le travail d'Antoine Daniel, à vocation humoristique, ne permet pas vraiment d'en savoir plus sur les motivations des auteurs. Quant au lien original, il a été supprimé. Heureusement, parmi tous les détournements que la vidéo a connus, une bonne âme a remis en ligne le matériau original le lendemain de l'épisode de What the Cut.

Bien que convenu, T.KILLA reste efficace.

Deux semaines plus tard, le Neyru Crew balance un nouveau morceau contre le Cabinet : T.KILLA. Appuyé par Lil' N' Young, ils réalisent ensemble un second clip dans la lignée du précédent. Le niveau des paroles n'atteint pas des sommets : on retrouve à nouveau des insultes sur les mères, de Neyru, le côté egotrip de Lil ZOZ, la scatophilie de MC Roux et les menaces de Dirty Ed. Le refrain a été composé et chanté par Lil' N' Young. Et contrairement à la dernière fois, ceux-ci s'affichent clairement du côté du Neyru Crew. Mais bon… La critique sur le sujet des paroles est facile, c'est plus un problème inhérent au genre qu'un véritable défaut des Neyru. Le morceau toujours structuré ainsi : couplet de Neyru, refrain, couplet de Lil ZOZ puis celui de MC Roux, refrain, couplet de Dirty Ed, refrain. C'est presque aussi attendu que la structure « un niveau → un boss ».

Malgré ça, pour un concours d'insultes, on note un soin à l'écriture des paroles, en particulier l'allitération en [k]/[g] de Neyru. « Je t'ouvre les cordes vocales, vas-y ferme ta gueule. J'te coupe les testicules, pour les foutre dans un bocal », qui renvoie à l'idée de couper et, ici, de la castration. Les rimes sonorités de Lil ZOZ sont loin d'être dégueulasses : Le « Je t'hypnose comme je convertis ces païennes, toi t'es con, flêtri, et t'es pas net, moi c'est confettis et paillettes» est juste épique. Quant à MC Roux et Dirty Ed, c'est toujours aussi plaisant de les retrouver.

Du côté des images, on retrouve en vrac des plans où Neyru et ses potes dansent devant une voiture — probablement la 106 qui a manqué de finir à la casse — ceux où ils sont en train de chanter dans celle-ci, une fête avec jusqu'à une trentaine de figurants et Lil'N'Young qui dansent sur un toit, en référence aux paroles du refrain. La vidéo souffre d'un curieux défaut : la présence de deux bandes horizontales tout le long du clip. Si le choix peut se justifier aisément pour l'intro, il en va autrement du reste du clip qui contient des gros plans. Le résultat est bancal : les visages sont très souvent coupés. Les fans du genre pardonneront à la combinaison des deux un sérieux manque d'originalité. Mais bon, du côté musical, c'est fait avec brio. Enfin, presque… On aurait pu se passer de l'auto-tune. Vous n'avez pas besoin de ça pour être bons, les mecs…

Le lendemain, c'est l'anniversaire de Neyru. Le Cabinet Clan célèbre l'événement comme il se doit en envoyant par vidéo ses meilleurs — et ses plus ironiques — vœux d'anniversaire. Ne durant que trente secondes et ayant pour seule musique la chanson Joyeux Anniversaire sifflée par l'un des membres, la vidéo condense toute la folie du Clan. Torses nus, cagoules roses, mec qui tient une masse, gâteau en forme de bite…. Et… l'apparition de Svendsen, la mascotte du Cabinet. À moins que celui ait grandi depuis la scène du bain. Le groupe ne s'arrête pas là en matière d'hommage, puisqu'ils postent le 9 janvier 2014 Deuxième Psaume. Ça se passe devant un mur entièrement recouvert de photos d'Antoine Daniel, mur avec lequel l'un des membres copule sauvagement. Les références au travail de notre chroniqueur youtube préféré sont nombreuses, comme le moment avec le mec qui met en feu sa couche-culotte : allez voir uga aga pipi kaka, vous comprendrez. Les murs d'Antoine Daniel ne manqueront pas d'être honorés comme il se doit mais, cette fois-ci, ce sera du fond vert.

Moins fou que leur dernier clip, Bineka Butchery reste un orgasme pour les yeux comme les oreilles.

Le 9 janvier 2014, le Cabinet Clan poste un teaser annonçant l'arrivée de la prochaine réponse, d'abord sur un fond de guitare sèche puis sur une grosse boîte à rythme bien lourde. L'esthétique psychédélique de la seconde partie du clip rappellera pas mal Hotline Miami. Et le surlendemain, vient la réponse tant attendue : Bineka Butchery. Musicalement, on retrouve les accords de guitare, puis la tension monte avec les voix du Cabinet en chœur : le côté sacré mis en avant par les musiques est complètement en décalage avec l'image. C'est une invitation à se prosterner face à la toute p(u)issance de la vasque. L'un des membres chantonne quelques notes, l'air est repris et répété par un violoncelle : il sera le thème du fond sonore. L'ambiance est feutrée, on est donc loin de l'agitation des guitares électriques de la dernière fois et du boum-boum festif des boîtes à rythmes. Il sera ensuite accompagné par une batterie et un violon. Et ce, presque jusqu'à la fin du morceau.

Les paroles alternent les chants et les passages rappés. Les membres chantent tour à tour seuls, à deux ou à quatre — voire à cinq, avec Saïd — ce qui rend la chanson d'autant plus vivante. Les propos commencent par répondre directement au clip précédent, en soulignant ses défauts et non pas en parlant de ses qualités : il s'agit d'un clash quand même, pas d'une critique. On passe au refrain qui fait référence aux paroles de fin de Dirty Ed (le passage avec le balai, à 3:25). Les membres du Cabinet répliquent à peu près à toutes les vannes des Neyru. Dirty Ed y échappe… Mais MC Neyru « il parait que t'es membré, comme un Sénégalais. Permets-moi d'en douter » (avec les r roulés par Saïd), MC Roux « ça parle encore de caca, c'est une catastrophe » et Lil ZOZ « il paraît que ton flow est alcoolisé, on a bien vu que t'as écrit tes paroles bourré » n'ont pas cette chance. Enfin, le morceau se termine par une invitation à la sodomie et par une douloureuse piqure de rappel à Premier Psaume « ton oreiller et ta couette, y avait nos couilles dessus ».

Visuellement, le clip est moins fou et moins ambitieux que le précédent mais gagne en cohérence. On passe principalement d'un grenier aux briques apparentes à une pièce avec un rideau rouge, ce qui évoque un théâtre. Exit les scènes en extérieur, les scènes de danse autour du feu, etc. Et une petite télé de chambre aura été maltraité et tuée lors du tournage. On retrouve les membres du Cabinet à visage découvert ou vêtus de leurs cagoules roses ainsi que portant couches ou caleçons roses. Le clip se termine par les quatre membres en train de danser à la queue-leu-leu puis par un rapide plan sur la vasque, surélevée par des parpaings, en référence à leur paraphilie… Avec un dernier coup d'archet, c'est fini, tout semble avoir été dit d'un côté comme de l'autre.

Mon petit doigt me dit que les échanges entre ces deux groupes ne sont pas qu'amicaux.

Récapitulatif des mises en ligne. En gras, les quatre chansons.

  • À une date inconnue : mise en ligne d'une vidéo « d'agression verbale » par le Cabinet Clan, visant le Neyru Crew. La vidéo n'est plus trouvable à ce jour.
  • Le 27/10/2012 : mise en ligne de F.U.C.K. Cabinet, le premier clash du Neyru Crew.
  • Le 27/11/2012 : mise en ligne de Premier Psaume, suivie d'une suppression à une date inconnue.
  • Le 11/01/2013 : mise en ligne de Don't Fuck Cabinet, la réponse du Cabinet Clan.
  • Le 24/10/2013 : présentation de Premier Psaume dans l’épisode n°29 de What the Cut d’Antoine Daniel.
  • Le 25/10/2013 : Remise en ligne de Premier Psaume par une âme charitable.
  • Le 10/11/2013 : mise en ligne de T.Killa, le deuxième clash du Neyru Crew.
  • Le 11/11/2013 : mise en ligne de Happy Birthday MC Neyru. Vidéo dans laquelle le Cabinet souhaite ses plus étranges vœux d'anniversaire à MC Neyru.
  • Le 09/01/2014 : mise en ligne de Deuxième Psaume. A l'attention d'Antoine Daniel. Et mise en ligne aussi d'un teaser annonçant la mise de la prochaine réponse au Neyru Crew.
  • Le 11/01/2014 : mise en ligne de Bineka Butchery, la deuxième réponse du Cabinet Clan.
  • Le 15/01/2014 : présentation de Deuxième Psaume dans l’épisode n°30 de What the Cut d’Antoine Daniel.

Florilège des meilleures interventions durant les interviews

L'interview avec le Cabinet Clan, a démarré le 26/01/2014, s'est déroulée de 23:54 à 02:56.

L'interview avec le Neyru Crew, a démarré le 31/01/2013, s'est déroulée de 22h37 à 1h24.

BK : Baron Krokenstein ; CC : Cabinet Clan ; NC : Neyru Crew.

Premier contact

Baron Krokenstein : Bonsoir le Cabinet Clan ! Et merci d'avoir accepté cette interview.

Cabinet Clan : Merci à toi, mon poussin.


Baron Krokenstein : Bonsoir le Neyru Crew ! Et merci d'avoir accepté cette interview.

Neyru : Merci à toi.

Lil ZOZ : Wesh zoulette !

Rapide présentation

BK : Quelques questions sur le Cabinet Clan, appelé aussi le Cabinet du Docteur Gay. Pourquoi a-t-il été fondé ? Quel est le but véritable du Cabinet ?

CC : Le Docteur Gay, ça part du surnom du premier gars qui a fondé le crew. A la base, on n'a ni vraiment de but, ni de règles. C'était surtout sexuel. Ça a dérivé dans la politique, la religion, le psychisme, la musique, évidemment.


BK : Sexuel ? Comment tout a commencé, alors ?

CC : Attends, on va te faire un dessin.


4 minutes s'écoulent

Publication de ce beau dessin dédicacé

BK : Êtes-vous étudiants, musiciens amateurs ou professionnels ou bien étudiants et professionnels en vidéo et son ?

NC : On est pro à plein temps, dans le rap game. On a signé chez D.BOQ y a un peu plus d'un an, juste avant la vidéo F.U.C.K. Cabinet.

BK : Qu'est-ce que le « rap game ” ? C'est pour dire « dans le monde du rap » ?

NC : Ouais gros. Littéralement, c'est « le jeu à mort du rap ». On lutte, c'est du battle.

BK : Donc, vous ne faites que des clashs ?

NC : On fait des clashs, mais on tabasse aussi le cabinet. Mais l'air de rien, on est en train de taffer sur un gros projet.

Svendsen, le canard

BK : Comment s'appelle le canard dans vos vidéos les plus récentes ? Quel est son rôle ?

CC : Là, tu nous fais plaisir ! Le canard s'appelle Svendsen. C'est la mascotte, le petit dernier de la famille.

BK : A-t-il fabriqué sa cagoule lui-même ou bien a-t-il été aidé ?

CC : C'est un canard. Tu veux que je te fasse un dessin ?

BK : Du même genre que le précédent ?

CC : Nan, mais j'ai la flemme… Pars du fait qu'un canard, ça ne sait pas coudre.

BK : Que se passerait-il si Richard et Svendsen venaient à se rencontrer en terrain neutre ?

CC : Ils sont grands, ils font ce qu'ils veulent…

Suite aux soins et à l'amour du Cabinet, Svendsen est devenu un canard adulte heureux et épanoui.

Nu Rho Psi

BK : La National Honor Society of Neurosciences, fondée en 2006, a aussi le même emblème. Y a-t-il un lien entre cette association et vous ?

NC : Non, on ne peut pas s'exprimier au sujet du Nurhopsi. C'est très vieux et ça domine.

BK : C'est proche des confréries/fraternités qu'on retrouve aux Etats-Unis ?

NC : J'en dirai pas plus.

Le rapport aux femmes

BK : Comment s'appellent les créatures de rêve qui apparaissent dans le clip Don't Fuck Cabinet à 4:17, 4:22 et 4:27 ? Et pour les femmes qui nous lisent, comment s'appelle l'éphèbe qui fait son apparition à 1:59 dans le second clip Bineka Butchery ?

CC : Hahaha ! Alors, les filles sont aussi des membres. On n'est pas contre la mixité. Le Noir s'appelle Saïd. On se bat contre le racisme aussi. En fait, dans le groupe, on est tous bisexuels.


BK : Pourquoi les femmes n'ont-elles pas plus de présence que ça dans vos vidéos ? Envisagez-vous de les faire participer plus ?

NC : Parce qu'elles sucent, et parce qu'on les baise

BK : Soyez sérieux. On garde vraiment ça ou on le coupe au montage ?

NC : Elles ne sont pas là pour amuser la galerie, le Cabesh fait ça mais on ne fait pas de nos womens des objets. On les nique juste.

Dirty Ed : Fuck Bitches but respect women.

NC : C'est comme ça qu'on voit les choses, faut faire la part des choses.

Premier Psaume

BK : Alors… Parlons de la vidéo qui vous a fait le plus connaître : Premier Psaume. Comment l'idée vous est venue d'aller faire l'amour à l'entrée d'une résidence, à une voiture, aux éléments d'un jardin (arbres, caddies, etc.) puis à la chambre (lit, murs, fenêtre) ?

CC : Aha, c'est la maison du Neyru Crew. Leur squats, leurs maisons… Ils habitent là-bas, quoi. C'est « la Clinique », ils en parlent dans leurs vidéos. La chambre à la fin, c'est celle de Neyru. Tout ça est symbolique, tu vois ?

BK: Les objets en question étaient-ils consentants ? A qui appartient la voiture ?

CC : En tous cas, le caddie a kiffé. La voiture leur appartient. Tout cela était symbolique, comme on te l'a dit.

BK : Connaissez-vous personnellement Antoine Daniel ? Est-ce l'un d'entre vous qui a proposé la vidéo Premier Psaume au visionnage ?

CC : Antoine Daniel, on ne le connaissait pas avant qu'il ne parle de nous. Ce sont des amis qui nous l'ont fait découvrir. Et grâce à lui, plus de deux millions de personnes ont vu la chambre de Neyru se faire violer. C'est sympa ! Mais on n'y peut rien, c'était pulsionnel.


BK : On va passer à la quatrième partie : la présentation de Premier Psaume, par Antoine Daniel.

NC : C'est quoi ça ? T'es ouf, on fais pas dans la religion.

BK : Non, il s'agit de la vidéo des 4 membres du Cabinet Clan qui font l'amour à des murs.

NC : Ca ne m'étonne pas d'eux, leur secte va trop loin. Faut les soigner.

BK : C'est donc devant la maison de D.BOQ qu'ils ont filmé tout ça ?

NC : D.BOQ, il est aux States. C'est pas tout à fait sa maison.

BK : C'est la maison à qui, alors ? Au Neyru Crew ?

NC : C'est le QG. C'est la baraque, quoi. Tout ça, ça doit être fait sur fond vert.

BK : Attendez ? Que ce soit la scène sur le seuil, la scène avec la voiture, celle avec le jardin ou la chambre, tout ça serait bidon selon vous ?

NC : Ouais, on a demandé à des experts spécialisés en video. Ils ont fait pareil à Antoine Daniel.

L'histoire des mamans

BK : Les clashs organisés par Doc BOQ, c'était sur de la musique ou a cappella ?

CC : Du clash sur les instru de Lil N' Young. C'est un peu de là que tout est parti, on a été assez proches un moment puis y a eu de sales histoires… Entre autre, l'histoire des mamans.


BK : Il s'agit de vannes sur vos génitrices respectives ou bien c'est allé plus loin ?

CC : Demande-leur pour me faire plaisir. Je ne t'en dirai pas plus, à ce sujet.


BK : On m'a parlé d'une « histoire des mamans ». Accepteriez-vous de me donner votre version des faits ?

NC : C'est mort, mec. Qu'ils aillent sucer des yacks.

(Pendant la conversation, Dirty Ed suggère plutôt des élans… ou les deux)

Le rapport entre MC Roux et le caca

BK : Pourquoi MC Roux parle-t-il autant de caca ?

CC : C'est un roux, il mange son caca.

BK : Quand même, on a aussi un roux à Alt+F4. Et je vous assure que Ghotmohog (correcteur) n'en est pas réduit à manger ses excréments.

CC : C'est vrai. (Pas d'amalgame : selon le Cabinet Clan, le cas de MC Roux qui mange son caca serait unique)


BK : Dans ses couplets, pourquoi MC Roux parle-t-il autant de caca ?

MC Roux : Parce que prout, ma gueule !

NC : Il vit caca, je le comprends pas trop. Mais apparemment, Ed « understands him » comme il dit.

(Pendant ce temps, Dirty Ed hurle « He eats his own shit, man ! »)

Le passage « T'as chopé un Martien, t'auras l'anus tout vert. »

BK : A quoi fait référence Lil ZOZ quand il prétend que l'un d'entre vous a « pécho un martien » ?

CC : Alors, là. C'est une bonne question. Si t'as une réponse à ça, on la veut bien.


BK : A quoi fait référence Lil ZOZ quand il prétend que l'un des membres du Cabinet a « pécho un martien » ?

Lil ZOZ : Je te jure que t'as jamais vu ça. En fait, l'un des membres à une soirée, organisée par D.BOQ, a débarqué complètement cramé à je ne sais quelle drogue. Il a commencé à chercher une fille, il disait qu'il cherchait une guenon pour se reproduire et il est allé choper une meuf qui s'est incrustée. Elle avait le teint vert et qui avait un accent très chelou. Un truc de malade.

BK : L'un des membres du Cabinet ?

Lil ZOZ : Ouais, et l'un des plus influents.

Messages aux rivaux

BK : Avez-vous un message à laisser au Neyru Crew, par le biais d'Alt+F4 ?

CC : Fais leur un gros bisou de notre part.


BK : Avez-vous un message à laisser au Cabinet Clan, par le biais d'Alt+F4 ?

NC : Fuck cabinet. On est le turfu, eux c'est le ssé-pa.

Ornithorynque et réincarnation

BK : Si vous aviez un ornithorynque, comment l'appelleriez-vous ? Aimeriez-vous être réincarnés en magasins d'outillage ?

CC : J'ai toujours rêvé d’être une boite à outils. Mais pour l'ornithorynque, tu me poses une colle, je vais y réfléchir. […] On a bien réfléchi, et on appellerait notre ornithorynque Zlatan.


BK : Si vous aviez un ornithorynque, comment l'appelleriez-vous ? Aimeriez-vous être réincarnés en magasins d'outillage ?

NC : Pour l'ornithorynque, ça sera « Ta mère, B2O » ! Pour la réincarnation, ça sera non.

Raptor Jesus

BK : Vénérez-vous Raptor Jesus ?

CC : On ne vénère pas Raptor Jesus, mais on le respecte.


BK : Vénérez-vous Raptor Jesus ?

NC : T.REX < T.KILLA. Indigène dans mes chromosomes, je ne m'appelle pas raisin.

Le sexe avec des pandas

BK : Que pensez-vous du sexe avec les pandas ?

CC : C'est doux.


BK : Que pensez-vous du sexe avec les pandas ?

NC : T'es bizarre. T'es chelou. T'as une façon de nous regarder. On te fascine ?

L'extinction des dinosaures

BK : Le christianisme, selon vous, est-il responsable de l'extinction des dinosaures ?

CC : Oui.


BK : Le christianisme, selon vous, est-il responsable de l'extinction des dinosaures ?

NC : Ta mère n'était pas née que MC Roux baisait déjà des dinosaures.

Anniv' de Baron Krokenstein à venir

BK : Comptez-vous aussi me faire un gâteau pour mon anniversaire ?

CC : Bien sûr que t'auras le droit à une surprise pour ton anniv' !

Pour jouer à Pokémon, on commence par…

BK : Vos startes préférés sont du types Plante, Feu ou Eau ?

CC : Plante ! Parce que les plantes, c'est sympa. (On suppose que comme les murs, elles se laissent faire)


BK : Et votre starter préféré ? Plante, Feu ou Eau ?

NC : Pikachu, ma gueule. Pikachu nique tout (référence à la Version Jaune).

Un mot avant de se quitter ?

BK : Pour finir, un petit mot à la rédaction d'Alt+F4 ?

CC : L'interview, c'était cool mon poulet. Des gros bisous à la rédaction.


BK : Et pour finir, un petit mot à la rédaction d'Alt+F4 ?

NC : On vous aime, mais vous êtes chelous !

Le mot de la fin

Voilà, cet article est terminé. Ça a été l'occasion de découvrir pour moi un pan d'un genre musique que je ne connaissais pas, sinon mal. J'ai pourtant beaucoup de sympathie pour les « petits » groupes ou les plus artistiques : Redbong, Svinkels, Stupéflip, MC Circulaire font évidemment partie de ma playlist. Et je ne comprends toujours pas l'engouement actuel pour les plus gros : parce que les Booba et autres Sexion d'Assaut, c'est vraiment de la merde. Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le faire savoir et surtout : partagez-le.

Indépendamment de leurs origines, le Cabinet Clan aime toutes les voitures. ;)

Et pour finir, un grand merci au Cabinet Clan comme au Neyru Crew sans lesquels la rédaction de cet article aurait été bien plus difficile, sinon impossible. Merci à vous, vraiment ! On ne saura toutefois jamais pourquoi Antoine Daniel a eu une érection. Ce dernier, ayant plus d'un million d'abonnés à gérer, ne peut plus se permettre de répondre aux sollicitations de tous ses fans.