Aujourd'hui, je vais vous parler de l'histoire d'Andromaque. Alors je vous vois venir, bande de canaillous, « l'autre elle va parler de position, de Kamasutra, toussa toussa ». Pas seulement ! Parce que oui, la position du même nom s'explique par les prouesses amoureuses de la dadame mais nous y reviendrons. Alors asseyez-vous et taisez-vous, je vais vous raconter une histoire...


Il y a fort fort longtemps, dans un pays lointain, vivait une bonasse du nom d'Hélène. Tous les hommes étaient fous d'elle mais elle était mariée à un vieux Grec pas drôle appelé Ménélas. Du coup, quand un ptit djeun du nom de Pâris pointe son nez, c'est le big love surtout qu'Aphrodite — savez, la nénette toujours à moitié nue, déesse du sexe toussa toussa ? — y a mis son grain de sel, rapport que Pâris avait dit à la récré que c'était elle la plus belle. Du coup, qu'est-ce qu'on fait quand on kiffe le boule d'une fille mais qu'on peut pas la pécho parce qu'elle est mariée, le père veut pas, son grand frère fait 2m10 (rayer les mentions inutiles) ? On l'enlève. Retenez bien ça les p'tits loups, j'y reviendrai souvent dans mes histoires ultérieures ! Donc le sieur Pâris enlève sa blonde et déclenche la guerre de Troie. Bon, je vais pas vous raconter Hercule (qui rit quand on l'encule) ni Achille (et son histoire d'amour avec Patrocle) mais en clair, les Troyens sont bien à l'abri des remparts, alors y a ce p'tit malin d'Ulysse qui fait un cheval géant dans lequel se cachent des Grecs pour aller poutrer la margoulette aux Troyens. Et qu'est-ce qu'on fait quand on gagne une guerre ? Oui, on se bourre la gueule mais surtout, on récupère les femmes. Et plus on est un grand guerrier et plus on a de la bonasse.

Et j'en viens à Andromaque. Femme d'Hector, le fils de Priam roi de Troie, et accessoirement veuve depuis qu'Hector s'est fait massacrer par Achille, elle veut rester fidèle à son mari qu'elle a aimé vraiment beaucoup (rappelez-vous la position...) et vit recluse avec son fiston Astyanax. En tant qu'épouse royale, c'est un mets de choix. C'est donc la récompense pour un valeureux guerrier comme Pyrrhus ! Ce dernier est tout content et comme il a de gros muscles, il ne comprend pas qu'Andromaque ne se pâme pas devant lui... Bon, il est roux en même temps, comme l'indique son nom. Il est patient mais bon, ça l'énerve : il a pas l'habitude qu'on lui résiste. Du coup, il propose un super jeu à Andromaque. « Tu vois, la règle est simple (parce que quand même t'es une gonzesse) : soit tu m'épouses, je fais de toi une reine et j'adopte ton fils pour qu'il devienne roi à ma mort, soit tu refuses et je balance ce même fils du haut des remparts pour nourrir mes crocodiles. » Qu'entends-je ? Y avait pas de crocodiles ? On s'en fout du crédible, la mythologie c'est fait pour faire pleurer dans les chaumières ! Du coup, Andromaque a pas vraiment le choix... dilemme cornélien...

« Ha ha ! Je suis diabolique, elle va me tomber dans les bras ! »

Pendant ce temps, y en a une qu'est pas contente du tout — mais alors du tout — des nouvelles orientations de Pyrrhus. C'est Hermione. Non, pas celle de Mister Potter. Elle est folle d'Edward de Pyrrhus depuis qu'elle est toute petite et elle lui était plus ou moins promise, avant que cette salope d'Andromaque pointe le bout de son... nez. Elle va donc piquer une petite colère à Pyrrhus, qui se fout de sa gueule en lui rappelant son âge. « Va retourner jouer à la poupée, n00b, moi j'préfère les MILF qu'ont de l'XP ». Hermione pique donc une grosse colère, va bouder dans son coin et décide de se venger. Mais attention, faudrait pas se salir ses blanches mimines. Elle convoque donc son fidèle toutou, Oreste — il est dingue d'elle mais elle n'a d'yeux que pour Pyrrhus — et lui demande de tuer le vilain sans cœur en question le jour de ses noces. Et oué ! Il pourra même pas se taper sa moche. Elle promet à Oreste de lui faire des choses si jamais il accepte. Du coup, le pauvre Oreste décide d'exaucer son vœu et tue Pyrrhus pendant la cérémonie... et il revient tout content en frétillant de la queue — Quoi ? Qu'est-ce que j'ai dit encore ? — pour avoir sa récompense.

Oreste — Susucre ? Moi bon chien !

Hermione — Quoi ? Tu as tué Pyrrhus ? Mais t'es un salaud ! Je te déteste !!!

Comment ça, c'est elle qui a demandé ? Bah oui mais c'est une femme, alors si elle était cohérente, ça ne serait pas crédible. Oreste va donc pleurnicher dans son coin comme quoi les promesses des gonzesses, c'est que des menteries et depuis son fantôme vient hanter les folles énamourées un certain 14 février.

Voilà. Fin de l'histoire. C'est triste hein ? Et Andromaque dans tout ça ? Y a différentes versions du mythe mais en gros elle a eu le temps d'épouser Pyrrhus avant de devenir veuve deux minutes après — pratique, hein ? — et devient reine. Elle aura un troisième mari, qui mourra lui aussi. De là à dire qu'elle le fait exprès...


Voilà. Si vous voulez lire ça en VO, ça s'appelle l'Andromaque de Racine. Mais après ma version super top moumoute, vous risquez de trouver ça chiant. À bientôt pour de prochaines aventures !

Un dessin moche, pour ceux qui trouvent que les mots, c'est compliqué.