And miles to go before I sleep,
And miles to go before I sleep…


R. Frost

Regarder la série Vikings

Voici l'écran titre. Avouez que ça donne envie.

Il s'agit d'une série canado-irlandaise, réalisée par Michael Hirst et produite par la chaîne History, narrant les exploits — mais aussi les désillusions et les prix à payer — de Ragnar Lothbrok, connu pour avoir unifié les peuples du Nord mais aussi pour avoir été pionnier des raids vikings en terres chrétiennes, notamment.

Pour le moment, seule la première saison a été diffusée en France sur Canal+, mais il est possible de trouver les épisodes (seulement neuf, mais de 42 minutes chacun) sur Internet. Si vous vous préparez à une nuit blanche ou que vous n'avez plus d'idée de film à regarder, je vous recommande vivement cette série, qui en plus d'être absolument classe du début à la fin pour le soin apporté à l'ambiance, aux personnages et aux décors, tire son épingle du jeu par une maîtrise intelligente de la narration. Ici, point d'épisode remplissage, un équilibre entre scènes d'action et trame politique et une bande-son signée Fever Ray, groupe suédois, absolument magnifique.

Pour aller plus loin :

S'essayer au métier d'apprenti-Dieu en jouant à Scribblenauts Unlimited

Pour ceux qui ne connaissent pas encore le principe de la licence Scribblenauts, sorti sur console DS et sur PC, il s'agit d'un jeu vidéo au gameplay relativement innovant. En effet, sur le papier, il s'agit d'un jeu d'arcade, tout ce qu'il y a de plus basique, mais là où Scribblenauts devient amusant, c'est qu'il fait appel à une règle simple : le joueur, pour progresser, doit faire apparaître des objets (ou des PNJ) ou en modifier d'autres en écrivant au clavier ce qu'il veut créer. Un cochon volant ? Pas de problème. Cthulhu ? Aucun souci. Et faire apparaître ce dernier en mode SDF ? C'est possible.

Et pour les plus classiques d'entre vous, amusez-vous à faire apparaître la version Mario.

Bien plus fun à partager qu'à jouer en solo, mais néanmoins très drôle quand même, Scribblenauts va très sûrement vous divertir pour quelques heures car gageons que vous passerez plus de temps à trouver les combinaisons de mots les plus farfelues plutôt que les réponses aux énigmes les plus simples…

Lire le très WTF-esque JPod

Selon l'univers de Coupland, nous serions tous des jouets à la merci des grosses boîtes. Réjouissant.

Douglas Coupland, ce nom ne vous rappelle rien ? Pourtant, c’est l’une des clés de voûte de la littérature nerd, également connu pour ses critiques acérées du système culturel mis en place par Microsoft et ses romans brillants mais bancals. Né en 1961 et élevé à Vancouver, berceau de la biotechnologie et de la création de logiciels, cet homme controversé sur le plan médiatique n’en est pas moins un auteur savoureux.

Mais rien de mieux qu'une synopsis pour vous donner une idée de ce qui vous attend dans ce livre-OVNI, que j'ai pour ma part, plus qu'adoré.

Ethan Jarlewski est programmeur au sein d’une structure de fabrique de jeux-vidéos, nommée JPod. Il est jeune, talentueux, mais terriblement blasé par la vie, à commencer par son métier où la direction affectionne la torture de ses employés à coup de plans marketing foireux, suivi de près par sa famille psychotique qui ne comprend pas une seule seconde pourquoi enterrer un macchabée dans le jardin est illégal. Le tout joyeusement entrecoupé de concours entre collègues du type « le premier qui trouve le mauvais chiffre dans cette suite d’un million de décimales de Pi remporte un paquet de chips au maïs » et d'une prise d’otage qui le mènera dans une usine minable en Chine. Bref, le train-train quotidien, quoi.

Toujours pas convaincu ?

Lire JPod, c’est ouvrir la porte à tous les délires, à commencer par recopier intégralement la fameuse suite de décimales de Pi en une vingtaine de pages noircies de chiffres. C’est également aborder les mille et une façons de détourner le projet ridicule d’imposer une tortue dans un jeu de skate ou encore de passer en revue les meilleures manières de se tirer d’un bourbier avec la mafia chinoise à ses trousses. Ce livre n’est pas seulement un récit linéaire de la vie en condensé d’un geek exaspéré par sa mère, fumeuse et dealeuse de marijuana qui revend à des bikers et ne comprend pas un traître mot de ce que lui déblatère son fils en binaire mais aussi un immense clin d’œil à toute la sous-culture que Coupland appelait affectueusement la génération X. Chaque page comporte ses bizarreries graphiques et ses jeux de mots ésotériques, et c’est cette ambiance folle dingue qui rend ce livre si attachant. À lire et à déguster, vraiment.

Et maintenant… Bonne nuit ? ;)



Edit : Lorsque cet article a été rédigé, la saison 2 de Vikings n'avait pas encore été portée à l'écran. C'est désormais chose faite ! Ce lundi soir 19 Mai, l'épisode 3 et 4 vous sont proposés. Profitez-en !